ahmedbensaada.com

Il y a pire que de ne pas être informé: c’est penser l’être

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Belkacem Ahcene-Djaballah ou le journalisme « junk food »

Envoyer Imprimer PDF

Note importante:

Après de multiples demandes, Le Quotidien d'Oran a refusé de publier ma réponse aux deux articles de son chroniqueur Belkacem Ahcene-Djaballah, ce qui en dit long sur ce journal et son respect du droit de réponse et de l'éthique journalistique.

La voici, telle qu'adressée à son directeur, M. Benabbou.

 

 

Le journalisme « junk food » est à l’image de son équivalent culinaire : un produit préparé à la va-vite avec des ingrédients douteux en vue d’un profit maximum, au risque de donner la diarrhée aux clients.

On eut cru que ce type de scribouillage était pratiqué par de jeunes journalistes débutants, officiant dans des journaux « underground » pour arrondir leurs fins de mois. Mais non : l’illustre Belkacem Ahcene-Djaballah (BAD pour les intimes) vient de nous en donner des exemples pédagogiques dans le célèbre « Quotidien d’Oran » en tentant, à deux reprises, une pseudo-recension de mon récent essai « Kamel Daoud : Cologne, contre-enquête » [1]. Doit-on attribuer cette « persévérance intellectuelle » à sa solidarité avec son collègue Kamel Daoud qui, comme lui, officie dans le même journal ? Le moins qu’on puisse dire c’est que BAD a essayé de le défendre becs et ongles mais, malheureusement, sans la moindre argumentation décelable. Car, n’est pas critique littéraire qui veut, même lorsqu’on a B-A-D comme initiales et qu’on s’est choisi comme lubie le noircissement compulsif des feuilles de chou.

Le premier « article », datant du 10 juillet 2016, figure dans une rubrique étrangement baptisée « Au fil des jours – Communication politique : nouvelles du front ! » [2]. Tiens donc ! BAD serait-il en guerre ? Et contre qui ? Mystère !

Ce qui est sûr, cependant, c’est l’exploit réussi par ce « doyen de l’école de journalisme » : commettre un monumental fatras d’erreurs en alignant, dans un texte rachitique, à peine 311 malheureux mots !

Mise à jour le Lundi, 12 Septembre 2016 08:44 Lire la suite...
 

Vidéo: Interview d'Ahmed Bensaada au sujet de son livre "Kamel Daoud: Cologne, contre-enquête"

Envoyer Imprimer PDF


Radio-Québec Plus

Interviewer: Salim Chouieb Date: 3 septembre 2016 Durée: 57:03

 


 

Book review : “Kamel Daoud : Cologne contre-enquête”de Ahmed Bensaada

Envoyer Imprimer PDF

Cliquez sur l'image pour lire l'article

 



 

Hassan Zenati: Pas fous

Envoyer Imprimer PDF

 

 

Chawki Amari ou les élucubrations psychédéliques d'un chroniqueur algérien en manque d'inspiration

Envoyer Imprimer PDF

 

Chawki Amari ou les élucubrations psychédéliques d'un chroniqueur algérien en manque d'inspiration

 

Suite à la parution de mon essai "Kamel Daoud: Cologne, contre-enquête", le chroniqueur Chawki Amari (El Watan) a écrit un texte à charge alors que je ne l'ai nullement cité dans mon livre. Il s'est très certainement senti concerné par le propos. Ou bien a-t-il réagi par solidarité corporative?

Pour lire le "texte" de Chawki Amari, cliquez sur le lien ci-dessous:

Camus/Daoud/Bensaâda/ La contre-contre-contre-enquête

 

Indigeste, ce "texte" est parsemé d'une multitude d'inepties. J'en ai relevé deux que j'expose ci-après.

 

Lire la suite...
 



Nous avons 12 invités en ligne

Kamel Daoud: Cologne, contre-enquête

Arabesque$ : Enquête sur le rôle des États-Unis dans les révoltes arabes

Czas EuroMajdanu

La face cachée des révolutions arabes

Arabesque américaine

Le développement économique de l'Algérie


AddThis Social Bookmark Button